Grand Prix FFE : rencontre avec l'écurie Cavalcar – Devoucoux

Nous avons eu le plaisir d’interviewer Charlotte Chalvignac, talentueuse cavalière de dressage, pressentie en équipe de France. Elle fait également partie de nos trois ambassadeurs pour la saison 2018/2019 du Grand National de Dressage.

- Comment vous êtes-vous préparée à cette saison de Grand Prix ?

Je monte à cheval tous les matins, je fais un programme pour chaque cheval en fonction de ses besoins. Mes chevaux ne travaillent pas plus de 4 fois par semaine ou certains 5 fois. Mon mari Jean Vesin m’aide au quotidien.

J’ai eu la chance de récupérer Lights of Londonderry, qui appartient à Bernadette Brune. C’est un cheval qui a fait des résultats significatifs. Je l’ai récupéré 15 jours avant le premier concours. J’ai essayé de m’adapter à lui et non l’inverse car c’est un cheval très bien dressé, il est naturellement compétitif. C’est un cheval d’expérience qui a besoin de garder son moral et sa forme physique.

- Pouvez-vous nous parler de vos attentes pour cette saison et de votre piquet de chevaux ?

Des attentes je n’en ai pas réellement. Ce dont j’ai envie c’est de monter le mieux possible. J’ai la chance d’avoir énormément de bons chevaux en ce moment. Cette année, j’ai 4 chevaux de Grand Prix. Il y a Lights qui est mon cheval de tête. J’ai également un Lusitanien, Fangarifau, qui commence seulement, c’est sa première année de concours. C’est un cheval très jeune auquel je crois beaucoup. Il a notamment été classé au Mans. Je peux également compter sur Dvina, une jument qui a été classée 5ème du Championnat de France Pro 1 et qui sort sur des épreuves Pro élite cette année. Mon dernier cheval de Grand Prix est une jument Lusitanienne de seulement 9 ans qui débute les Grand Prix cette année.

J’ai aussi un très bon 7 ans qui tourne en pro 2 et un 5 ans très prometteur qui a gagné à Jardy en atteignant 83 %. J’ai également trois 4 ans.

Je monte uniquement le matin, je consacre mon après-midi à ma fille. C’est une grande organisation car même les plus âgés travaillent 4 fois par semaine. Je trouve que ce n’est pas nécessaire de « leur en mettre plein la vue ». Ce sont des chevaux très disponibles qui travaillent 4 fois une demi-heure par semaine et ça leur suffit.

- La maison Devoucoux vous accompagne dans votre quotidien, qu’est-ce que cela représente pour vous d’avoir des partenaires comme Devoucoux ?

Pour moi la Maison Devoucoux est une aide précieuse. Notre commercial est très disponible pour moi et mes chevaux. Dès que j’ai besoin de quelque chose, il répond présent.

 

Crédit photo : Céline Bocchino